Ouverture du Conseil avec la situation politique suite au résultat de la primaire de la droite qui a vu la victoire de François Fillon soutenu par la Manif pour tous, sens commun, les catholiques et le grand patronat libéral. Une victoire qui tient plus à sa personnalité qu’à son programme. Un programme que François Bayrou juge problématique comme beaucoup de citoyens, en particulier sur les questions sociales.
François Hollande ne participera pas à la primaire de la gauche. La publication du livre « Un président ne devrait pas dire ça » a précipité son retrait. N’ayant pas changé la règle du jeu comme le souhaitait François Bayrou, le président de la République, pris à son propre piège,  a du accepter de se soumettre à la primaire. Il a tiré les conséquences de ses erreurs et s’est retiré.
François Bayrou critique fortement Emmanuel Macron reprenant les arguments développés dans la presse notamment le soutien des puissances de l’argent et une idéologie internationale libérale peinte en rose pâle.
L’éducation, la démocratie, la presse… sont des sujets qui posent problèmes. François Bayrou souhaite proposer dans les semaines qui viennent une autre vision de la société sans se focaliser sur tel ou projet de candidats déclarés.
La vice-présidente du Modem Marielle de Sarnez se montre très critique sur les programmes de François Fillon, d’Emmanuel Macron et de Manuel Valls qui ne correspondraient pas à l’attente de la population. Ce qui est demandé par les français c’est de la sécurité, de la réassurance, des valeurs…
dsc03410cyrille-daniele-sami-et-moi