CN 2

On commence par le traditionnel tour d’horizon de la situation politique, sociale et économique.
Education : une pétition circule, et qui a déjà reçu 28000 signatures en quelques jours. La réforme du collège ne permet plus d’espérer un parcours ouvrant un chemin jusque-là interdit par ses origines sociales.
Situation de l’opposition avec Nicolas Sarkozy qui a remis la main sur son parti, des primaires qui vont se jouer sur les noyaux durs et L’UDI qui s’est rallié et n’a donc pas respecté son affirmation d’indépendance.
Les propositions du Front National ne se pas seulement inadéquates, elles sont mortelles.
Situation en Europe avec deux points majeurs sur lesquels l’Europe est attendue :
– la Grèce. Diminution des salaires, des retraites sans faire des réformes de structures ne servent à rien. Le plan proposé ne permet pas de sortir de la crise. Demander d’augmenter la TVA ne peut être qu’une incitation au travail informel. Si la Grèce sortait de la zone euro, on montrerait une zone euro friable et ce serait un risque pour les autres Etats notamment avec une hausse des taux d’intérêts. Pour autant se dire qu’on rentre dans la zone euro et qu’on ne peut plus en sortir, pose un vrai problème démocratique. Les peuples ont droit de faire des choix différents. Le référendum est compréhensible.
– les migrations : 60 millions de déracinés dans le monde dont 80% viennent de 10 pays (Syrie, Libye…) des pays que nous avons contribué à destabiliser. La réponse doit être européenne voire internationale.
Débat sur l’identité : c’est l’éducation et les cultures qui permettent de répondre à cette question. Sur ce thème le Front National fait recette sans rien faire, Nicolas Sarkozy est régressif et le PS n’en parle pas. Il faut plutôt parler de reconnaissance à laquelle aspire les individus. Nos sociétés ne donnent plus de reconnaissance par le statut. Aujourd’hui il faut gagner sa reconnaissance soi-même et cela est trop dur pour beaucoup de monde.
La COP 21 : que va-t-on pouvoir demander aux pays émergents ? L’Europe ne pourra pas compenser les non efforts des autres pays. Il faut développer une économie décarbonée mais cela demande de recourir à des fonds innovants.

Vient ensuite la situation du Modem, de son indépendance réaffirmée, de sa culture de la cohésion, de sa place dans le jeu politique, d’une opposition qui ne se veut pas systématique.

Tour d’horizon enfin des 13 régions en vue des élections régionales : les discussions en cours, les éventuelles alliances, le projet, les désaccords, l’idée de listes autonomes qui n’est pas du tout exclue…

Beatrice et Carine