Premier conseil national après les élections municipales et européennes qui ont vu d’abord le nombre d’élus municipaux de notre mouvement augmenter.

Pour les européennes, la démarche engagée cet été d’un rapprochement avec l’UDI sur le thème de l’Europe qui nous est commun a été positive.
Sur la situation politique : Elle n’est pas bonne. Le pouvoir en place s’effondre pendant que l’opposition implose. La gauche unie des années 80 n’a plus beaucoup de  sens.  La droite se livre une guerre interne sur fonds de déconsidération morale avec une affaire de détournement publics au centre de laquelle se trouve la société Bygmalion.

Le positionnement de notre formation politique reste le même : Ne pas être enfermé dans l’un ou l’autre camp, ne pas se limiter à des accords d’appareil mais rester ouvert.

La crise de confiance à laquelle nous assistons porte sur le fonctionnement de l’Etat démocratique et la capacité à comprendre le réel. Nous devons tenir compte de tous les bouleversements de la société, prendre conscience des marchés de demain (numérique, culture, éducation…), ne pas se figer sur des idées du passé mais plutôt travailler sur des idées nouvelles.
Sur l’Europe nous sommes satisfaits que le résultat des élections au parlement européen soit pris en compte pour la désignation du président de la Commission.
Malheureusement nous déplorons un nombre moindre de députés européens utiles et compétents à Bruxelles, et cela diminuera le poids de la France. Cela a déjà commencé.

cimg7698